09/11/2005

Thuram répond à Sarkozy

Lilian Thuram, le défenseur français de la Juventus, se sent concernés par la situation délicate qui est celle des banlieues françaises actuellement. Thuram a vécu sa jeunesse dans une cité et est devenu un des symboles de l'intégration et de la France "Black-Blanc-Beur".

À ce titre, il prend position contre le ministre de l'intérieur français, Nicolas Sarkozy, a propos que celui-ci a tenu. "Moi aussi, j'ai grandi en banlieue, déclare Thuram dans le journal L'Équipe. Quand quelqu'un dit il faut nettoyer au Kärcher... Il ne sait peut-être pas ce qu'il dit, Sarkozy. Moi, je le prends pour moi. Moi aussi on me disait : tu es une racaille. Mais je ne suis pas une racaille. Ce que je voulais c'était travailler. Il n'a peut-être pas saisi cette subtilité, a poursuivi Lilian Thuram. C'est assez délicat, on traverse une période difficile. On a mis le point sur l'insécurité. C'est quelque chose qui rassemble. Qui ne veut pas vivre en sécurité ? Le problème, c'est qu'il faut trouver des coupables. Et, derrière, on entend toujours les gens qui vivent dans les banlieues.

Mais la violence n'est jamais gratuite. Il faut comprendre d'où arrive le malaise. Avant de parler d'insécurité, il faut peut-être parler de justice sociale. Les gens (en banlieue) n'ont peut-être pas de travail. C'est bien la rigueur, mais, avant ça, il faut intégrer les gens par le travail. Ils demandent du travail. Les plus rebelles le traduisent par l'agressivité analyse-t-il. Je suis triste pour eux (les jeunes des banlieues), mais il y a une réflexion à avoir. Souvent, les jeunes ont comme idoles les joueurs de foot, c'est bien, mais il faut d'autres idoles" a conclu Lilian Thuram. 
(http://www.lequipe.fr/Football/20051108_183924Dev.html)
Photo Belga

14:37 Écrit par Arnaud Lemire | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

le sport, ça a pas l'air bon pour tout le monde ce type dit n'importe quoi. si les jeunes veulent travailler, qu'ils prennent brosses et pelles pour déjà ramasser les feuilles d'automne dans leurs banlieues, ça les occupera et ils rendront service.

Écrit par : toffy | 09/11/2005

RACCOURCI FACILE Même si je ne cautionne pas les propos de Thuram je ne pense pas que la solution passe par le travail forçé.
Dans notre société décadente il est clair que "du pain et des jeux" ne suffisent plus a faire le bonheur des jeunes en mal de sensations fortes.

Écrit par : Rouche Dehonte | 09/11/2005

LES FLAMMES DE LA RAISON LES FLAMMES DE LA RAISON

Il me semble que la crémation des moyens de locomotion généralisée dans les banlieues du pays est le signe d'un grand bouleversement social, un mouvement de fond qu'une stupide répression policière ne saurait éteindre. Je ne cesse d'entendre que brûler des voitures, ça n'est pas une solution pour résoudre les problèmes des jeunes de banlieue...

Justement, je pense que c'est une solution. Sans ces heurts spectaculaires (toucher à la tôle sacrée du français moyen, ça choque toujours l'opinion publique sensible à la préservation de ses joujoux favoris) comment faire avancer les choses, faire prendre conscience aux privilégiés des centres villes et des campagnes de la gravité de la situation dans les banlieues ? Brûler des voitures est, à mon sens, la meilleure solution pour faire bouger les choses, contribuer à faire changer les mentalités, secouer les consciences endormies. Brûler une voiture est certes répréhensible sur le plan strictement légal, mais c'est précisément avec ce genre de geste illégal, acte fondateur par excellence du pionnier social participant au progrès humain, qu'évoluent nos sociétés.

Mieux vaut faire une révolution en brûlant des voitures plutôt qu'en portant des têtes coupées sur des piques. Brûler des voitures est par conséquent un acte potentiellement héroïque, pour peu que cela débouche sur une amélioration de la vie des révoltés, une capitulation du pouvoir qui reconnaîtra par la suite la révolte comme un légitime soulèvement des banlieues contre l'injustice sociale.

C'est ainsi qu'évoluent les mentalités, que se fait le progrès social : en pratiquant la désobéissance civile, en manifestant illégalement contre le pouvoir. Aujourd'hui conspués, demain qui sait si les brûleurs de voitures ne seront pas honorés par les mêmes qui les condamnent actuellement ? Comme les porteurs de têtes coupées de 14 juillet 1789 sont de nos jours acclamés. La crémation des voitures de banlieue, c'est leur 14 juillet à eux. Leur révolution est en marche. C'est en se rebiffant de la sorte contre l'ordre social inique que progresse toute société. Aujourd'hui les mentalités ont évolué, dans sa grande majorité le peuple ne verse plus le sang pour se faire entendre, il brûle des voitures, brise du mobilier urbain. N'est-ce pas déjà un énorme progrès par rapport aux révoltes barbares du passé ? De nos jours même les plus enragés des insurgés des banlieues respectent la vie humaine. Plus civilisés que nos aïeux, ils se révoltent avec les moyens appropriés à leur portée : l'incendie de voitures. Où est leur crime ? Leur combat me semble parfaitement légitime. A leur place, ne réagirions-nous pas de même ? Pour avoir vécu dans la banlieue et côtoyé un peu ses habitants, je comprends leur révolte.

Vive la révolution, vivent les brûleurs de voitures !

Raphaël Zacharie de Izarra
2, Escalier de la Grande Poterne
72000 Le Mans
Tél : 02 43 80 42 98
raphael.de-izarra@wanadoo.fr

Écrit par : Raphaël Zacharie de Izarra | 10/11/2005

Scandaleux !!! Scandaleux de lire des choses pareilles , j'aimerais bien qu'on brûle ta voiture pour voir ce que tu diras , .....

Écrit par : Zoro | 10/11/2005

Drôle de facon de remercier S'ils ne sont pas content de recevoir toutes les subventions et autre allocations pour ne rien faire, et bienqu'ils aillent planter des légumes dans le désert, ce serait profitable et pour eux et pour les populations qui ont faim.

Écrit par : Ouistiti | 11/11/2005

AUCUNE CONNAISSANCE CEUX QUI PARLENT QUI N'ONT QU'A RAMASSER LES FEUILLES DANS LEURS BANLIEUES. C'est qu'ils n'ont aucune connaissance de la vie dans les banlieues. Je ne vis pas en banlieue mais sachez qu'il y a des jeunes français ou jeunes issue de l'immigration qui sont diplômé bac+5,BAC+6 et qui galèrent certains à cause de leurs origines,couleurs,... plus grave encore ce sont les vrais français parce qu'ils habitent en banlieue. Alors svp si vous ne connaissez pas leurs vies vaut mieux se taire et regarder tout simplement.

Écrit par : M | 15/11/2005

Les commentaires sont fermés.